Shenzen de Guy Delisle

Publié le par mxmm

undefinedJe n'achète plus de BD. Mais grâce à ma chère médiathèque, j'en lis toujours. Mes goûts se sont affinés. Finis les séries à rallonge. Et de moins en moins de fantastique, j'ai l'impression que tout se ressemble terriblement. Pour tout vous dire, je ne me souviens pas vraiment de ce que j'ai lu depuis l'été dernier. L'été dernier, j'ai pris une énorme claque avec Le photographe. Je ne suis pas le seul, notre ami Oliv. a écrit un excellent article à ce sujet.

Rien d'excitant jusqu'à la semaine dernière où, enfin, j'ai été à nouveau touché, séduit, enchanté.

Par un livre en noir en blanc, un dessin quelconque et zéro scénario.

Je ne sais absolument pas ce qui m'a plu, simplement parce que je crois que l'ouvrage sur lequel je suis tombé est bourré de qualités qui vont bien au-delà de ce que je suis capable de mocaliser.

En tous cas, le résultat déborde de finesse et d'humour. C'est passionnant et tendre.

Ah oui, il s'agit d'un québécois qui se rend trois mois en Chine pour superviser la production d'un studio d'animation. Et ... rien. Mais il raconte son quotidien avec une humanité et un sens de l'auto-dérision rares.

Ça ne donne pas franchement envie d'aller travailler en Chine mais furieusement celle de se jeter sur le reste de la bibliographie de Guy Delisle.



A bientôt pour de nouvelles aventures !

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Oliv 25/03/2008 14:38

Honte sur moi, j'ai lu ta chronique, je l'ai apprécié, je n'ai pas encore lu la BD. D'ailleurs de nombreuses BDs de l'association sont vraiment excellente. Mais je n'ai même pas commenté l'article et encore remercie pour le lien vers l'article du photographe. @+ Oliv.

Schuk 15/03/2008 13:18

Mocaliser ??Ca sent le néologisme, mais j'ai pas réussi à déterminer de quels mots celui-ci est un mélange...

mxmm 15/03/2008 20:09

C'est un néologisme du gars qui est en train de holdupé le box office français. Il y a 10 ans (ce qui ne nous rajeunit pas...), il avait un sketch dans lequel il emmenait son fils (Michel) chez l'assistante sociale. Il aurait bien aimé qu'elle lui fasse rentrer un peu de béheupécé et de mocalisation dans la tête.Pour moi, la mocalisation, c'est "ceux sur quoi je sais mettre des mots".;o)